BIG APPLE

CARRIBEAN SHIM SHAM

CHARLESTON

JAZZ ROOTS / SOLO SWING

JITTERBUG STROLL

SHIM SHAM

TRANKY DOO

BIG APPLE

Initialement (début du 20ème siècle) il s’agissait d’une danse de groupe improvisée, dansé en cercle, où un leader appelait et dansait des pas qui était alors imités par tous (cette configuration rappelle les danses en cercle d’Afrique de l’Ouest).
En 1937 cette danse déferla sur New-York et fut une énorme mode. Dans la foulée, Frankie Manning, un des leaders des Withey’s Lindy Hopper choregraphia un Big Apple pour sa troupe.
Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire du Big Apple, allez voir l’excellent article de Dan Guest sur le site du Lindy Circle (en anglais).

CARRIBEAN SHIM SHAM

CHARLESTON

Le charleston est créé aux États-Unis à la fin des années 1920, et a, en raison de son style dynamique et spectaculaire, un succès considérable à l’époque. C’est la ville de Charleston en Caroline du Sud qui lui donne son nom.

SHIM SHAM

Le Shim Sham est une danse en ligne de groupe née au début des années 1930, contemporaine du Lindy hop, qui est inclus dans les danses Jazz roots. Il est pratiqué dans les soirées Swing et Lindy Hop.

Le Shim Sham serait né en 1932 dans le Connie’s Inn à New York. Le Connie’s était un établissement qui proposait un spectacle de danses swing. Pour le final, l’ensemble des artistes et les serveuses (qui devaient savoir danser) se retrouvait sur scène et exécutait un mix de pas de swing et de claquettes, chorégraphie simplifiée du Goofus.

La paternité du Shim Sham est attribuée aux danseurs de claquettes Willie Bryant et Leonard Reed.

Outre la version claquette, il existe plusieurs versions du Shim Sham : on peut citer celles chorégraphiées par Dean Collins, Leon James (le Savoy Shim Sham) ou Frankie Manning.

Le style de danse Collégiate Shag a commencé dans le sud des Etats Unis (Nouvelle Orléans). Cette danse est devenue très populaire dans les années 1920 avec les étudiantes de l’Université (on dit collège pour l’université aux US, d’où le nom de « Collégiate » Shag).

Dans les années 1920-1930 à NEY-YORK, il y avait souvent des compétitions de danses entre les universités américaines et dans ces compétitions, il y avait une « shag division », qui étaient souvent gagnées par Kathryn CONKLIN et Edward COLEMAN.

Collégiate Shag est à nouveau populaire aujourd’hui, parmi les danseurs de Swing, surtout dans le Sud de la Californie qui mélange le East Coast et West Coast Swing avec des mouvements de pieds, des jettés, faits en six ou huit temps, mais aussi des kicks, des slides…

JAZZ ROOTS / SOLO SWING

Le Jazz Roots (aussi appelé jazz authentique, jazz traditionnel ou jazz vernaculaire) est la danse afro-américaine solo des années swing (1930-1940), descendant de certaines danses africaines et du charleston, contemporain du Lindy Hop et des claquettes, et précurseur des danses de rues modernes telles que le funk et le hip-hop.

Les routines les plus connues des danseurs de Swing :

– Shim – Sham

– Big Apple

– Tranky Doo

– Dean Collins Shim – Sham

– Jitterburg stroll

JITTERBUG STROLL

Le Jitterbug Stroll est une danse créée pour les danseurs de Lindy Hop dans les années 80. La chorégraphie est de Ryan François et elle est composée de quatre tableaux.

Le « Jitterbug Stroll » ne peut pas se danser sur n’importe quelle musique. Il faut que le morceau soit structuré avec des phrases musicales en 6 mesures. Le morceau original est « Woodchopper’s Ball » par Woody Herman. Récemment, Steven Mitchell à créé un morceau spécialement pour le Jitterbug Stroll sur lequel on effectue deux fois la chorégraphie.

TRANKY DOO

Le Tranky Doo ,  est une routine de jazz roots, il a été chorégraphiée par Pepsi Bethel et c’est vers 1940, au Savoy Ballroom à Harlem qu’apparut le premier Tranky Doo.

Actuellement, le Tranky Doo est fréquemment enseigné lors de cours et dansé en soirée. La musique sur laquelle se danse cette routine est généralement :  Ella Fitzgerald.